Les-NFT-du-Bored-Ape-Yacht-Club-popularises-par-plusieurs-celebrites-1369503.jpg

Les NFT du Bored Ape Yacht Club, popularisés par plusieurs célébrités 
Crédits photos: © BFMTV

ENQUÊTE 

NFT, un marché abstrait qui dénature l'Art
Publié le lundi 04 Avril 2022

Dans le cadre de mes cours de Communication Digitale à l'ISEG Strasbourg, il était inévitable de ne pas parler en cours du marché des NFTs, actuellement au coeur de tous les débats. Et la réaction de mes élèves fut la même que moi quand j'ai découvert ça sur le Marché de l'art : " mais, en quoi est-ce de l'Art ?". Bonne question à laquelle il a fallu que je réponde, pendant 3 heures, étant insensible, voire dérangée par ce phénomène grandissant.

La première fois que j'ai entendu parler de NFT, ce fut au cours de l'été 2021, par un ami ingénieur. Ce dernier s'intéressait à ce phénomène, et souhaitait avoir mon avis en tant que professionnelle du Marché de l'art sur le sujet. Au début, comme toute nouveauté, cela semble intéressant, attractif, original. Mais lorsque j'ai un peu plus creusé, je me suis heurtée à un véritable "flou artistique". 

Pour mes cours avec mes étudiants, je suis donc allée échanger avec des collaborateurs du milieu. Nous savons que notre travail repose sur certaines spéculations, c'est la loi du marché, et ça fait des années que nous la respectons. Mais à chaque fois, nous pouvions admirer, observer, critiquer, adorer une oeuvre bien réelle. Nous pourrions tourner autour, l'accrocher ou la photographier. C'est comme ça que l'oeil se fait vous dirait un expert. 

Peut-on parler d'Art avec les NFTs ?

Avec les NFTs, nous nous heurtions à un mur virtuel. Le mur d'un monde abstrait et digital, dans lequel des oeuvres se vendent virtuellement, s'admirent virtuellement. Et aucune forme d'expertise n'est présente. Cependant, les règles du marché de l'art restent  inchangées : enchères, spéculation, côte d'artiste grandissante, certificat d'authenticité virtuel, records de vente, etc. Par ailleurs, grands amateurs d'art que nous sommes, nous ne retrouvions pas ce sentiment que nous avions face à une oeuvre d'art, l'effet "wouaouh".

Et lorsque nous regardons bien, peut-on vraiment parler de création ? Peut-on parler d'artiste ? Originalité et authenticité ? Au cours de mes recherches, j'ai vu des images qui pour moi n'avaient ni originalité, ni sensibilité. De simples images réalisées virtuellement, et parfois en série. En plus, c'était des "oeuvres" virtuelles, que nous ne pouvons même pas tenir dans nos mains. Alors quel intérêt ? Mes étudiants de l'ISEG eurent la même réaction, et du mal à comprendre un sujet "artistique" aussi abstrait, malgré toutes mes explications et leur volonté d'en savoir plus.

 

Une question se posa alors : "comment peut-on parler d'Art, quand tout est virtuel, et uniquement accès sur de la monnaie virtuelle ? Et devrions-nous suivre le mouvement ?" Certaines maisons de ventes aux enchères comme Christie's ou Aguttes s'y sont mises, pourquoi pas nous ? Y a-t-il un avenir artistique avec les NFTs ?

Avenir prometteur ou feu de paille ?

Le phénomène a pris une très grande ampleur, ce qui nous pousse à nous poser la question suivante : est-il un prémisse de l'avenir du Marché de l'art et de la Culture ; ou est-ce seulement un phénomène de mode ? Comme nous avions pu le voir au cours de cette dernière décennie ?

La sensibilité doit sans doute se poser en fonction du point de vue duquel nous nous plaçons. Est-ce que nous sommes professionnels et passionnés d'Art, mais qui assumons à côté les lois de notre marché ? Ou alors, sommes-nous des personnes ayant trouvé une nouvelle niche financière qui peut rapporter gros, qu'importe la forme d'art ? Sommes-nous prêt(e) à dépenser des millions pour une "oeuvre" virtuelle qui n'existera que sur un écran ? Seul l'avenir nous le dira.

 

Vous voulez réagir à cet article ? Partagez ou écrivez-moi.

 

Sophie MAHON